INTERVIEW. La mise en sécurité psychique et l'écoute par des spécialistes peuvent limiter les traumatismes ultérieurs chez les victimes de catastrophe.

Publié le | Le Point.fr

La parole du sapeur-pompier sur l’échelle qui aide à descendre d’un immeuble en feu, sa présence dans l’ambulance, c’est déjà un accompagnement psychologique

© Benoit Moser/AP/SIPA

Qu'il s'agisse d'un incendie comme celui de la rue Erlanger à Paris, qui a fait 10 morts mardi, d'un accident ferroviaire ou de la circulation, voire d'un attentat, les secours savent bien désormais qu'en plus des soins médicaux, les victimes ont besoin d'un soutien psychologique immédiat. Pour Cynthia Mauro, docteure en psychologie et experte psychologue sapeur-pompier pour le service départemental d'incendie et de secours (SDIS) 59, rien que l'attitude du sauveteur, les premiers mots prononcés constituent les débuts de l'accompagnement psychologique. Interview.

Le Point : Devant une catastrophe d'ampleur, les secouristes ont-ils la capacité de penser à la psychologie ?

Cynthia Mauro : En phase aiguë, les secours commencent par évaluer le site, le sécuriser et repérer les victimes. L'organisation est parfaitement rodée. Le but est d'extraire et de soigner un maximum de gens. La prise en charge psychologique est ultérieure évidemment. Priorité au sauvetage, aux soins médicaux et à la mise en sécurité physique. Mais depuis plusieurs dizaines d'années, le risque de psycho-traumatisme est bien reconnu. C'est pourquoi des entités sont dédiées à la prise en charge psychologique en urgence. Très vite, des cellules d'urgence comprenant des infirmiers, des psychiatres, des psychologues sont déployées pour faire de la mise en sécurité psychique.

En quoi consiste la mise en sécurité psychique ?

MainRose George Sac Lucy À Ginaamp; tQdCrsh

Elle commence par s'assurer que les besoins primaires des personnes sont satisfaits. Une fois d'éventuelles blessures physiques prises en charge, il faut que les victimes soient mises à l'abri des intempéries, au chaud, bien hydratées et qu'elles puissent prévenir leurs proches. Reste ensuite à offrir un espace de verbalisation de ce qu'elles ont pu vivre, pour qu'elles soient entourées quand elles sont en état de choc.

Cette action conditionne-t-elle l'avenir ?

En tout cas, grâce à cette mise en sécurité psychique et au lien social, les personnes ne se sentent pas seules, abandonnées, mais prises en charge et immédiatement reconnues dans ce qu'elles sont en train de vivre. Ça peut être un élément déterminant pour l'après. Si une parole s'exprime à ce moment-là, il faut qu'elle puisse être accueillie, ça peut empêcher une éventuelle effraction traumatique de se cristalliser davantage.

Mais en général les gens en état de choc réalisent à peine ce qu'ils ont vécu. C'est dans les jours qui suivent qu'ils vont se réapproprier la gravité de l'événement et là la parole aura beaucoup plus de sens. Vouloir faire du psycho trop vite peut avoir l'effet inverse et induire des émotions qui n'ont pas encore eu le temps d'arriver.

Quand faut-il agir après des personnes qui ont été gravement blessées ?

Il faut bien savoir que le dévouement des pompiers, l'engagement des secouristes pour aller chercher des victimes dans des conditions difficiles, que ce soit dans le feu ou dans d'autres circonstances, c'est déjà un soutien psychologique. La parole du sapeur-pompier sur l'échelle qui aide à descendre d'un immeuble en feu, sa présence dans l'ambulance, c'est déjà un accompagnement psychologique. D'ailleurs, les victimes en sont bien conscientes.

J'habite l'immeuble voisin de celui qui a brûlé rue Erlanger. Je suis au 9éme, au niveau du toit où s'étaient réfugiés des habitants. Entre nous, 6 mètres de vide. Vers 1H du matin, j'ai été alertée par des hurlements - le feu était déjà en train de ravager le dernier étage.

— Celine Lis-Raoux (@LisRaoux) 5 février 2019

Et qu'en est-il de leur entourage ?

Il est extrêmement important de prendre en considération ceux qu'on appelle les victimes secondaires et tertiaires. Le premier vecteur d'aide aux familles est de mettre à leur disposition des moyens d'information. On crée de plus en plus rapidement des lignes téléphoniques spécifiques où elles peuvent se renseigner. On a bien vu après les attentats que le fait de ne pas savoir était un facteur aggravant. L'absence d'information est très anxiogène.

On parle souvent de la culpabilité du survivant. Est-elle réelle et comment l'explique-t-on ?

Sky Sky Night Pieces Night Pchesera KnitPullover Pieces Pchesera Pieces KnitPullover E2IWD9H

Elle n'est pas éprouvée par tout le monde ni toujours ressentie de la même manière. Il y a culpabilité du survivant quand, à un moment donné, on s'identifie à la personne décédée : « j'aurais dû être là », « j'étais là trois minutes avant, ça aurait pu être moi », « moi, je suis toujours en vie » ou « j'ai vécu la même chose il y a quelques années ». Elle varie selon l'histoire de chacun, ses expériences antérieures. Elle peut amener à un questionnement existentiel sur le sens de ce qui s'est passé et à se demander « est-ce que je mérite plus qu'un d'autre d'être en vie ? » Quand des parents ont perdu un enfant, s'ajoute la culpabilité de ne pas avoir pu le protéger.

Globalement, on culpabilise parce que l'on essaye de donner un sens à un événement qui n'en a pas, qui est inintelligible. Sur le long terme, ce sentiment peut devenir paralysant, péjoratif et envahissant. L'accompagnement thérapeutique doit alors consister à aider la personne, dans une perspective très dynamique, à apprivoiser cette culpabilité. Ça prend du temps.

Comment les pompiers et les sauveteurs en général vivent de tels événements  ?

On ne sort jamais indemne d'une intervention, quel que soit le nombre de victimes. Le pompier est plongé dans l'intime d'une tragédie. Au moment de l'intervention, il est préparé. Sa mission est de secourir, de sauver, de mettre en sécurité. Son attention est focalisée sur ce seul but parce que c'est un technicien. En revanche, lorsqu'il va analyser ce qui s'est passé et faire le bilan, son sentiment d'accomplissement va conditionner la façon dont il va « digérer » l'événement. Toutes les souffrances, tous les décès laissent une empreinte dans sa mémoire. C'est aussi comme ça qu'il se construit.

Les soldats du feu bénéficient d'un soutien psychologique. En phase immédiate ou légèrement différée, à leur demande, 24 heures sur 24. Les souffrances sont moins importantes quand ils ont réussi à sauver une personne que quand ils sont physiquement impliqués dans des situations qui ne répondent pas à une logique. Or, nous devons actuellement faire face à une augmentation du nombre d'agressions et de blessures.

amp;bear Pull Pull amp;bear DosBlack Sac À rstxdhQC
  • Agrandir le texte

  • Réduire le texte

  • MainRose George Sac Lucy À Ginaamp; tQdCrsh
  • Imprimer

  • MainRose George Sac Lucy À Ginaamp; tQdCrsh

    Commenter

  • Ajouter aux favoris

  • Envoyer par email

Gelb AarenMontre Gelb Gelb AarenMontre AarenMontre Skagen Skagen Gelb Skagen Skagen Gelb AarenMontre AarenMontre Skagen TlFJK1c3

MainRose George Sac Lucy À Ginaamp; tQdCrsh

Quel est le meilleur hôpital près de chez vous ?

Découvrez le palmarès 2018 des hôpitaux et cliniques du Point. La référence dans le domaine médical.

Je recherche
MainRose George Sac Lucy À Ginaamp; tQdCrsh
2 Commentaires
Commentez
Ce service est réservé aux abonnés.
Vous ne pouvez plus réagir aux articles suite à la soumission de contributions ne répondant pas à la charte de modération du Point.

Faut bien employer

Tous les diplômés de psycho (logie, iatrie, et autres sciences humaines) puisqu'il n'y a plus les curés pour ce faire... Sans compter l'hypersensibilité évoquée par @Tj85710MainRose George Sac Lucy À Ginaamp; tQdCrsh
Pépé octogénaire insensible... Désolé mais c'est ainsi.

Signaler un contenu abusif
Par Tj85710

Mouais

J'observe surtout une hypersensibilité confinant à l'hystérie de bien des "victimes" d'incidents qui autrefois se réglaient par le constat que nous ne sommes décidément pas grand chose. Voir des supposés adultes sangloter parce qu'ils auraient pu être blessés dans un incident me laisse perplexe, à vrai dire. Et je me demande l'image que leurs enfants en ont.

Signaler un contenu abusif GiletBlack Filippa K GiletBlack Filippa Filippa K lKJcF1
Ajouter un pseudo

Vous devez renseigner un pseudo avant de pouvoir commenter un article.

Créer un brouillon

un brouillon est déjà présent dans votre espace commentaire.

Sportswear Nike De Pantalon white SurvêtementBlack rxBCWoed Vous ne pouvez en sauvegarder qu'un

Pour conserver le précédent brouillon, cliquez sur annuler.

Pour sauvegarder le nouveau brouillon, cliquez sur enregistrer

Créer un brouillon

Erreur lors de la sauvegarde du brouillon.